Et si l'on parlait d'envie?

L'ENVIE PLUS FORT QUE TOUT 

 

Quand il y a de l'envie , on peut déjà être sur qu'il y a de la vie ! 

Et c'est déjà un mouvement en soi.

L'envie de chanter s'est manifesté très tôt dans ma vie , alors j'ai chanté encouragée par un contexte familiale des plus favorables ( rendons grâce à César et à mon cher papa qui m'a grandement initié à cette activité , lui même chanteur amateur passionné depuis son adolescence ). A l'époque , pas de tutto, de mp3, de concert live sur You Tube, de cours de chant en ligne et sorti des cours de technique vocale pour chanteuses lyriques : pas grand chose existait pour être guidé à part le bouche à oreille, et l'expérience de « juste chanter » ! 

Je reste bien persuadée que chanter est la seule façon de devenir chanteur ! Ca paraît une Lapalissade et pourtant si vous saviez le nombre d'élèves que j'ai reçu en quête de techniques vocales qui n'ouvraient la bouche qu'une fois par semaine pour déclamer des vocalises toutes faites... euh je ne crois pas que ce soit comme ça qu'on apprend à chanter, en tout cas ce n'est pas ma façon de considérer le chant !

 

Je m'adresse ici , aux chanteuses(eurs) passionnées, celles qui chantent sous la douche, dans leur voiture ou en faisant le ménage. Qui sont sensibles à une voix et encore plus à une interprétation authentique. Je suis de celles là ! Celles animées par l'envie, par l'amour des textes et des mélodies … 

 

Parce que là où il y a «  envie » il y a quelque chose à vivre pour soit ! 

 

Vous avez remarqué comme les choses ne viennent jamais à nous par hasard ?

 

L' envie est comme un programme inséré à notre insu dans notre corps qui se met en marche dès qu'il passe à proximité d'une vibration qu'il reconnait comme essentielle pour faire évoluer notre être tout entier. L'envie c'est un état d'être purement vibratoire qui nous donne l'injonction d'au moins tenter l'expérience, de passer à l'action. 

Et je pense que c'est valable pour toutes les activités existantes. 

Alors évidemment la seule chose qui freine cet élan spontané ben c'est le sacro saint mental ! Et là je suis une spécialiste ! Je suis la reine du : « OUI MAIS » . 

Vous connaissez cette expression ? Experte en objection et en excuse à deux balles pour ne surtout mais surtout pas prendre le risque de passer à l'action. Si vous êtes comme moi, spécialiste de la contre proposition, je vous suggère une technique qui m'a beaucoup aidé pour prendre une décision :

 

  • Est ce que cela me met en joie ?

  • Est ce que cela va m'apprendre quelque chose sur moi ?

  • Est ce que cela va dans le sens de qui je choisis d'Etre ?

  • Est ce que je suis capable de vivre cette expérience minute par minute sans penser à avant ou après ?

 

Voilà , en général si vous avez répondu «  oui » à ces quatre questions, arrêtez de trouvez des excuses et passez à l'action. Je l'ai pratiqué dernièrement pour un cours de théâtre et d'expression artistique que j'ai suivi. Cela a répondu à tous ces critères sauf le fait de devoir m'inscrire dans la continuité et de faire deux heures de route chaque semaine pour poursuivre l'aventure en plein hiver, et surtout je ne savais pas de quelle façon et pourquoi je voulais pratiquer cette activité: cela ne me mettait pas en joie: trop de contraintes: je choisie de respecter ma façon de fonctionner du moment et de trouver d'autres offres en adéquation avec qui je suis et non de me faire violence pour m'adapter à une offre qui n'est probablement pas encore «la meilleure » pour moi.

 

L'envie c'est se propulser dans le présent au delà de la peur et des doutes !

 

Dans une autre vie, j'étais étudiante en tech de co et désignée d'office par la classe pour représenter mon école lors d'une battle de vente . Toutes écoles de la région étaient représentées, ce qui devait représenter environ 300 commerciaux fraichement formés. Et je me retrouvais face à une horde de jeunes loups sûrs d'eux à la fière allure de premier de la classe .

Je pense que j'ai du passer par toutes les couleurs de l'arc en ciel, mon corps devait en plus de mes angoisses capter le stress ambiant et les pensées qui volaient dans cet immense salle de concert ( qui à l'époque pour moi était pas loin du Stade de France ). Mais, je ne sais pourquoi, l'envie était là et elle était plus forte que toutes éventualités ( encore aujourd'hui j'ignore pourquoi ) !

Quand je suis arrivée sur scène, nous étions installés avec des micros à une table où nous procédions à la négociation : si je me rappelle bien je devais vendre un produit Light au chef de rayon d'un grand magasin. J'avais préparé mon argumentaire de vente et j'étais en mode : au pire je tombe dans les pommes et au moins j'aurai vécu une expérience mémorable. Quand je suis arrivée à la table, j'ai vu mon interlocuteur ( le fameux commercial aux dents blanches rillettes sous les bras comme disait Coluche ), trembler comme une feuille incapable de soutenir mon regard... bon ben le décor était planté, nous ne pourrions pas entrer en communication ! FAIS AVÉRÉ !Il a répondu « non » à toutes mes propositions de façon nerveuse et systématique et même si j'avais fait un sans faute dans ma procédure commerciale cela m'a valu une place de 4 ème ( pas de podium cette année sous le regard furibond de mon prof de marketing contre la décision du jury ). J'ai terminé ma prestation en demandant où il avait passé ses dernières vacances que le lieu de ressourcement n'était peut être pas adéquat et je tournais les talons sous un flot d' applaudissements de compassion devant la difficulté de la négociation que je venais de mener et sous le regard hagard du jeune cadre dynamique qui m'avait donné la non réplique ! 

 

Bref, toujours est il que ce mode de fonctionnement : 

Préparation + Etat d'esprit je me lance on verra + Une envie irrésistible 

je l'utilise encore dans ma vie : c'est à la fois un mode de protection et kamikaze qui me permet de faire un bond en avant malgré l'agitation émotionnelle et mentale qui me taraude. 

 

L'envie c'est quand ne pas faire est pire que faire !

 

Quand j'ai chantée les premières fois en public, ne pas faire était un échec, se lancer (quelque soit le résultat) était un dépassement de soi et une limite de plus franchie. A l'époque on ne parlait pas de la zone de confort pourtant c'était bien ça : faire un pas ou le grand saut en fonction des expériences qui se présentaient. Et plus elles se répétées plus cela devenait facile. Je me suis même surprise le jour du mariage de ma cousine à attendre de monter sur scène et ce fut le seul moment de la soirée ou j'avais vraiment la sensation d'être à ma place . 

L plus difficile me semble t-il c'est de faire, de s'adonner à sa passion sans relâche et indépendamment des résultats, des retours, des commentaires ou de l'indifférence générale! Poursuivre sa route et ne jamais abandonner.

 

Ne pas faire, ne pas relever le défi que la vie t'envoie, passer à côté c'est sécurisant certes mais c'est renoncer à jouer et rester sur le banc de touche. Evidemment on ne peut dire oui à tout et tout le temps mais je crois que quand le rendez vous est vraiment important, l'envie est à la hauteur de la fréquence et cela nous donne l'énergie suffisante pour explorer d'autres possibilités. 

 

Et vous de quoi avez vous envie dans votre vie en ce moment ?